AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

samichou <3


Emploi/études : arts dramatiques
Avatar : jake bass.
Messages : 49


MessageSujet: MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen   Ven 23 Jan - 20:39







Meat my stalker

Samuel ft. Claire




Jeudi soir, je suis entrain de prendre ma douche. C'est l'endroit qui me plait le plus pour apprendre mes textes. Autant dire que je gaspille beaucoup d'eau durant le processus d'acquisition de mes répliques. J'incarnerai Jack l'éventreur dans cette pièce que je monte avec quelques amis de ma troupe indépendante. Comme si nous n'avions pas déjà assez de travail avec le conservatoire. Pourtant, je m'amuse tellement que je n'ai pas l'impression de réellement travailler.

Je récite mon monologue puis donne un coup de couteau imaginaire dans le vide. Je termine de rincer mon corps puis je ferme la champlure avant de sortir de la douche. J'enfile ensuite une paire des pantalons de jogging ainsi qu'un chandail blanc et empoigne une pointe de pizza pour finalement m'effondrer sur le divan. J'ouvre la télévision et savoure mon repas. Alors que je cherche quelque chose à regarder, on cogne à la porte de mon appartement. Je n'attends pourtant personne et mon colocataire est parti pour deux jours. Je dépose ma pointe sur le divan et vais ouvrir la porte.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


ONLY BLUE OR BLACK DAYS
There's an art to life's distractions, to somehow escape the burning weight, the art of scraping through. Some like to imagine, the dark caress of someone else, I guess any thrill will do.


Dernière édition par Samuel Prince le Mar 3 Fév - 12:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

admin désabusée et toxico


Âge : 28
Emploi/études : Professeur de maternelle
Localisation : Dans les vapes
À savoir : Je déteste les animaux
Commentaires : Laisse-moi vivre
laisse moi mourir.
Laisse moi être
et tu n'auras pas de poing sur la gueule.
Photo d'identité :
Avatar : France B. Cobain
Double(s) compte(s) : Michael, Alex...
Messages : 118


MessageSujet: Re: MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen   Sam 24 Jan - 11:54

Meat my stalker

Le prince caméléon et la peintre sans visage

Le taxi et son chauffeur n'arrêtent pas le moindrement quand on me dépose devant ce building bourré d'appartement à prix démesurés. La voiture vrombit toujours son moteur qui ne veut jamais s'éteindre et celui derrière le volant continue sa discussion en espagnol avec son cellulaire. Moi, j'essaie d'extirper la dernière toile coincée entre le siège avant et le banc en tirant de toutes mes forces. Et enfin, quand cette saleté de cadre veut bien se donner la joie de perdre quelques livres, je l'extirpe hors de l'automobile. J'en ai eut du fil à retordre si bien que la cigarette sur le bord de ma gueule en a perdu ses cendres. Je tire une bouffée, puis extirpe quarante dollars que je lance sans aucun soucis sur le siège passager de la bagnole. Quelque chose à lui donner trois cents de pourboire, ce qu'il mérite amplement.

Sous mon bras droit, trois toiles de tailles bien différente. Sous le gauche, une statue de céramique. J'ai cette démarche nonchalante qui pourrait me faire passer à travers n'importe quel mur de béton. Mais si j'échappe n'importe laquelle de ces œuvres, je vais hurler à mort. Une vieille dame sort du building en question. J'ai en tête l'appartement neuf. Pas au premier étage, pour faire chier, tiens. Vieille Dame m'ouvre la porte dans une galanterie que je remercie d'un regard cerné et j'escalade enfin les escaliers. Jusqu'au sommet. Pfoua.

Porte neuf. Je dépose les toiles avec la plus grande des précautions, c'est à tire en les laissant mollement tomber sur le tapis de l'entrée. Puis je cogne et m'accote dans le cadre de cet antre de caméléon. Caméléon, et pourquoi? Pour avoir assisté à une seule de ses pièces complètement défoncée, je dirais que je l'avais tout de suite reconnu, lui, parmi tous les autres spectateur à tête bestiale. La sienne eut été celle du lézard. J'ai ensuite compris que ma cervelle de petite droguée avait associé le talent du jeune acteur à se fondre dans la pièce à celui du reptile à se mouler au décors. Puis je l'avais peint. Pour la première fois. Sur une série d'environ quinze peintures, parfois non terminés, parfois moches et parfois grandioses. D'accord, je dois l'admettre: ce p'tit comédien m'avait refilé une sale inspiration. Une mignonne muse. Samuel Prince, qu'on affichait sur les affiches publicitaires à l'entrée des théâtres.

On m'ouvre la porte. Ah! Coup de chance qu'il soit là. Sinon, j'aurais dû laissé les œuvres là et foutre le camp, ce qui aurait été beaucoup moins plaisant. Il est là, devant moi, l'acteur à mille et une possibilités. Avec la grâce de l'apparence soignée, les tatous de l'aventure et la peau de plume. J'aurais pu très bien l'imaginer en paon aussi, héhé...

« Hey. »

C'était un salut plus cordial qu'un autre. Je ne lui souris pas, ou ne lui adresse pas d'avantage de cérémonies. Je me penche sur mes toiles et ma sculpture, en saisit un et la tourne légèrement fac à lui qu'il comprenne qu'il est dessiné de portrait coloré, vivant et bien rassemblant. Je tire une bouffée. Encore. La recrache n'importe où je m'en fous.

« J'me suis dit que tu voudrais les avoir. De toute façon, j'allais les jeter parce qu'elles prenaient trop de place dans mon appart'. »

Je le regarde un moment. Comme un chat contemplerait un poteau électrique; avec rien de spécial au visage. Je termine ma cigarette et la fou au sol avant de la piétiner un bon petit coup. L'odeur du fromage me monte à la narine... Est-ce que j'ai mangé aujourd'hui? Je prends tout mon équipement d'artiste puis j'ajuste ma sacoche sur mon épaule en clamant, telle la chose la plus évidente qui soit:

« Bah tu me fais entrer ou je vais moisir là éternellement? T'as de la pizza? Tu m'en offres, hein... »

S'il ne se tasse pas du cadre de la porte, c'est moi qui vais le tasser, au pire.

made by BoogyLou.





Celui qui se transforme en Bête


se délivre de la douleur d'être un homme


Nous étions tous en voyage quand un brouillard s'approche. C'est la forêt amère des doutes sans rémission. Cette damnée époque. Cet Âge de raisonnement. Un empire qui a engraissé, prêt pour le saignement. + JOHNSON + LELOUP + CURRY + BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com

avatar

samichou <3


Emploi/études : arts dramatiques
Avatar : jake bass.
Messages : 49


MessageSujet: Re: MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen   Mer 4 Fév - 15:16







Meat my stalker

Samuel ft. Claire




Je dépose ma pointe sur le divan et vais ouvrir la porte. Une jeune femme que je ne connais pas est là, avec trois toiles et une sculpture de céramique. Elle m'adresse la parole comme si nous nous connaissions depuis des années.

Claire
Hey. J'me suis dit que tu voudrais les avoir. De toute façon, j'allais les jeter parce qu'elles prenaient trop de place dans mon appart.

Qu'est-ce qui se passe pour l'amour de dieu ? Est-ce que je la connais ? Je n'ai aucun souvenir de son visage, peut être est-ce elle qui se trompe d'appartement ? Elle me regarde un moment alors que je la fixe, un air perplexe sur mon visage.

Claire
Bah tu me fais entrer ou je vais moisir là éternellement? T'as de la pizza? Tu m'en offres, hein...

Et si c'était une fille avec qui j'avais sympathisé pendant un trip d'ecstasy ? Ce ne serait pas la première fois et ce serait pourquoi je n'aurais aucun souvenirs d'elle. Quoiqu'il en soit je m'écarte de la porte et lui montre la voie avec un bras.

Samuel
Euh ... bah ouais ... entre ! Est-ce qu'on se connait ?

Je referme la porte lentement, me méfiant toujours de mon interlocutrice. Mon appartement est dans un piètre état, mais je m'en fiche royalement. Je penche les yeux sur l'une des toiles et réalise avec un frisson dans le dos que c'est probablement moi qui y est représenté. Quel sentiment étrange que d'être la muse d'une artiste. Je retourne la tête vers elle pour entendre sa réponse.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


Hors RP:
 


ONLY BLUE OR BLACK DAYS
There's an art to life's distractions, to somehow escape the burning weight, the art of scraping through. Some like to imagine, the dark caress of someone else, I guess any thrill will do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

admin désabusée et toxico


Âge : 28
Emploi/études : Professeur de maternelle
Localisation : Dans les vapes
À savoir : Je déteste les animaux
Commentaires : Laisse-moi vivre
laisse moi mourir.
Laisse moi être
et tu n'auras pas de poing sur la gueule.
Photo d'identité :
Avatar : France B. Cobain
Double(s) compte(s) : Michael, Alex...
Messages : 118


MessageSujet: Re: MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen   Sam 7 Fév - 16:27

Meat my stalker

Le prince caméléon et la peintre sans visage

Aussi naturel qu'un vol à l'étallage à Verdun qu'est sa réponse pour le moins gentil. Bah ouais, j'entre. Okay. J'hausse les sourcils de peu. Je ne m'attendais pas à ça. Je croyais qu'il mettrait plus d'obstination avant que j'ose mettre mon botillon de bouette sur son tapis de poil. Mais non. Juste, d'accord. Mes sourcils se rabaissent et ma moue qui veut faire croire que je me fous de tout revient sur mon visage. Parfait, alors. J'aurai une pointe de pizza gratuite en moins de deux. Gratuite? Non, pas vraiment. Les oeuvres que je vais lui donner méritent bien vingt dollars chacun au moins. Plus, si je décide de me vanter sur mon coup de pinceau. Mais c'est pas à moi d'en juger. De toute façon, je cherche pas de juge. Ni d'argent. Juste de la pizza, à l'heure qu'il est. Je prends tous mes effectifs d'art et pénètre dans son logement en bordel total. C'est douillet, quand même. Et ça sent bon. Et je remarque une peintiure de goût sur les murs. Elle semble là depuis dix millions d'année. C'est chic, t'sais.

Il me demande si on se connait. Je réponds pas tout de suite. Je me mets à mon aise et étale mon ragard partout sur les murs, les coins et racoins, et sur le canapé fumant de fromage aussi. Mes pas sont lents, et lourds. Très paresseux. Je suis fatiguée, ou un truc du genre. Alors, s,Il se pose vraiment la question à savoir si on se connaît, c'est peut-être que le Prince Caméléon est assez fêtard pour douter de sa propre mémoire en temps de débauche. Ou peut-être que c'est juste une figure de style, cette question rhétorique. Je préfère la première option, ça fait plus chouette. Je m'arrête, et fait la pause monotone sur mes toiles et sculpture sur le sol. Je le regarde, sans aucun air de psychopate sur le visage. Juste, je le regard.

« Tu me connais pas. Moi je te connais. Tu es Monsieur Prince... Samuel Prince. Tu as joué dans trois pièces de théâtre au moins l'année passée et cette année. J'ai été les voir. J'ai vraiment aimé la dernière, en passant. »

Je retire mon manteau de lin et le fous carrément sur le canapé. Je n'ai pas vu de paterre volontaire de toute façon. Je tire alors une autre clope de la poche arrière de mon jeans, l'insère dans ma bouche et ne l'allume pas. C'est juste pour me titiller, j'imagine. J'attends le moment propice. Qu'importe.

« Moi, je suis une fan d'art plastique, de théâtre et de peu importe quel sorte d'art en fait. Mais ça, tu le savais déjà. Ce que tu sais probablement pas c'est que je m'appelle Claire. Gretchen, si ça t'intéresse. Je te suis ça fait un moment. J'ai dit à Louise, la coordonnatrice de projets de votre troupe, celle qui s'occupe du théâtre du Rideau Vert, que j'étais ta cousine et que je voulais te faire une fête surprise ou un truc du genre. Je lui ai dit que t'avais déménagé et que je savais pas trop et des conneries, quoi. Elle m'a donné ton adresse sans même me demander mon nom. Tu la connais, Louise, non? Elle est charmante, c'te femme. »

Il y a une chaise pas trop loin. Je prends les toiles, laissant le buste derrière, et m'approche du dit meuble. Il devient un chevalet de fortune où je pose mes toiles. J'hausse les épaules.

« T'as du talent, comme comédien. Mais on te le dit souvent, j'imagine. Tu m'inspires beaucoup sur scène. Surtout quand je suis plus défoncé que l'cul de Paris Hilton. »

C'était pas une blague, juste un fait. D'ailleurs, je ne mets aucune emphase sur cette dernière phrase et je continue. Je présente trois toiles: toutes bien colorées et vivantes, toutes des portraits de Samuel, en différents costumes de pièces distinctes. On reconnait le tout, c'est l'important. Sur l'une des oeuvres, la muse a une tête de caméléon plutôt qu'une tronche d'humain. Je la mets en valeur.

« Ça te fait bien la tête de caméléon. Tu trouves pas? »

J'ai pas besoin - ni envie - de lui expliquer qu'il s'agit d'une phase de mes trips. Pourquoi je lancerais, de toute façon, que j'assiste à ses pièces sous le mush? C'est pas important. Je le regarde, ensuite, et plisse les yeux en penchant ma tête sur le côté. Ma cigarette pendouille presque de ma lèvre sèche.

« Ouais... T'es comme un caméléon. Tu peux te fondre dans n'importe quel environnement... en autant que ce soit sur une scène, c'clair. Tu fumes? »

Je sors mon briquet. C'est le moment propice. Et je me sens généreuse: je partage.

made by BoogyLou.





Celui qui se transforme en Bête


se délivre de la douleur d'être un homme


Nous étions tous en voyage quand un brouillard s'approche. C'est la forêt amère des doutes sans rémission. Cette damnée époque. Cet Âge de raisonnement. Un empire qui a engraissé, prêt pour le saignement. + JOHNSON + LELOUP + CURRY + BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com

avatar

samichou <3


Emploi/études : arts dramatiques
Avatar : jake bass.
Messages : 49


MessageSujet: Re: MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen   Jeu 26 Fév - 17:57







Meat my stalker

Samuel ft. Claire




Mon invitée surprise scrute mon appartement de fond en comble alors que je reste là, planté à la regarder. Elle met du temps à répondre et je me demande si j'ai bien fait de la laisser entrer. C'est bien le moment de réfléchir à cela, maintenant qu'elle est à l'intérieur.

Lorsqu'elle daigne enfin me répondre, elle me confirme que je ne la connais pas et m'apprend qu'elle a assisté à mes trois dernières pièces. Elle mentionne avoir particulièrement aimé la dernière. C'est vrai que c'est probablement l'une des meilleures dans laquelle j'ai eu la chance de jouer. Un drame psychologique dans lequel mon personnage vivait mal la rupture avec son passé. Probablement l'un, sinon le rôle le plus exigeant de ma jeune carrière.

La belle m'explique ensuite comment elle a eu mon adresse et je ne peux m'empêcher de trouver le tout troublant. Louise aura affaire à moi lorsque cette rencontre sera terminée. Elle installe ensuite ses toiles sur une chaise et j'observe avec fascination son travail d'artiste. Je reconnais mes costumes de scène et souris. L'une d'elle me laisse cependant perplexe ; j'ai une tête de caméléon. La comparaison me plait beaucoup et mon visage s'illumine encore plus.

Samuel
C'est vraiment super, j'adore !

Elle m'offre une cigarette, mais je refuse poliment. Je tiens à ma santé, aussi surprenant que cela puisse paraitre venant d'un utilisateur de drogue dure.

Samuel
Ton nom c'est quoi au fait ?



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


ONLY BLUE OR BLACK DAYS
There's an art to life's distractions, to somehow escape the burning weight, the art of scraping through. Some like to imagine, the dark caress of someone else, I guess any thrill will do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

admin désabusée et toxico


Âge : 28
Emploi/études : Professeur de maternelle
Localisation : Dans les vapes
À savoir : Je déteste les animaux
Commentaires : Laisse-moi vivre
laisse moi mourir.
Laisse moi être
et tu n'auras pas de poing sur la gueule.
Photo d'identité :
Avatar : France B. Cobain
Double(s) compte(s) : Michael, Alex...
Messages : 118


MessageSujet: Re: MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen   Dim 1 Mar - 18:43

Meat my stalker

Le prince caméléon et la peintre sans visage

Je hausse les sourcils aussi lasse que mon visage peut rester, pour témoigner d'un étonnement sans borne pour ma personne qui ne laisse jamais apparaître d'autre émotion que de l'ennui profond pour sa société archaïque. Super, il adore. Et tout, et tout... Même si rien ne s'illumine sur mon visage, et que mes sourcils se rabaissent avec paresse quelques secondes plus tard, je suis touchée. Je m'attendais à un «dégage salope» ou bien «ark» ou même «euh... okay» mais pas à un «super j'aime». Je fais une moue fière qui ne dit pas grand chose, mais mon cœur s'emballe. Peut-être un jour je saurais devenir une artiste qui fait des toiles à ses soupirants de muse sur scène. Ou je pourrais devenir la pire taupe du monde des toiles. Maintenant que j'ai sa gratitude, son consentement à la belle connerie que j'ai fait de venir cogner à sa porte, j'ai l'impression que j'ai mon destin dans le creux de ma main.

« Sérieux. Cool. »

Alors j'ai bien fait de les amener ici je suppose. Et jamais je ne vais me gêner d'en amener d'autre si l'envie me dit de peindre un caméléon au corps de comédien. Ce qui risque d'arriver vers sa prochaine tournée. Je bouffe la boucane et range le parquet de cigarettes qui ont été refusées. Tant mieux, j'en aurais plus pour moi. De toute façon, je considère que c'est peut-être mieux qu'il ne se ruine pas les corde-vocale à autre chose que le cri sur scène.

Et c'est là qu'il me demande mon nom. J'arrête de bouger, les sourcils encore une fois retroussés, avec le phallus de tabac qui grille sur le bord de ma lèvre, comme s'il allait tomber à n'importe quel moment. Vraiment, pourquoi il veut savoir ça? Je doute qu'il tient à savoir qui préserve sa réputation. Ou bien il tente d'être amicale. Les deux idées me plaisent, enfin...

« Mmh... Claire... »

Je dis en déviant le regard, comme si j'hésitais à prononcer la vérité. De toute façon, c'est ce nom qui signe les toiles qui flottent dans son appartement. Je traîne les bottes jusqu'à la pizza et en prend une pointe. Ne pas le faire serait du gâchis bien triste. La bouche pleine d'un morceau bien mérité, je prononce officiellement, même si l'évidence m'en paraît néfaste à prononcer:

« Tu devrais aller dans le professionnel. En théâtre, je veux dire. Tu étudies là-dedans? Ouais, j'imagine que ouais... En tout cas, c'est pas pour rien que la tête de caméléon te va si bien. Tu comprends, là. »

Comme si c'était bien trop clair pour d'autres explications qui soit. Je m'affale sur son divan et met une semelle sur sa table à café. Prends une autre bouchée.

« Ouais, tu dois comprendre. Tu dois savoir, de toute façon, que des fois les idées deviennent plus clair quand t'as pris de la drogue: t'es en théâtre. Elle est foutrement bonne la pizza. »

Comme si tout les étudiants de théâtre avait été junkies. Et comme si une pizza pouvait ne pas être foutrement bonne.

made by BoogyLou.





Celui qui se transforme en Bête


se délivre de la douleur d'être un homme


Nous étions tous en voyage quand un brouillard s'approche. C'est la forêt amère des doutes sans rémission. Cette damnée époque. Cet Âge de raisonnement. Un empire qui a engraissé, prêt pour le saignement. + JOHNSON + LELOUP + CURRY + BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com

avatar

samichou <3


Emploi/études : arts dramatiques
Avatar : jake bass.
Messages : 49


MessageSujet: Re: MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen   Sam 14 Mar - 12:36







Meat my stalker

Samuel ft. Claire




Claire. Elle se nomme Claire. J'aurais du le deviner en regardant les toiles, quel idiot je fais. C'est pourtant clair, ok je ferme ma gueule maintenant. Ou pas. Elle me demande si j'étudie en théâtre puis s'installe sur mon divan en prenant une pointe de pizza. Je reprend la mienne et vais m'installer à ses côtés. J'ai l'impression de la connaître depuis longtemps, qu'il s'agit d'une bonne amie.

Samuel
Ouais j'étudie au conservatoire d'art dramatique ! J'adore vraiment ta comparaison au caméléon, c'est cool ... mais ... je préfère séparer la drogue et le travail. Mais ce qui est super, c'est que j'ai pas l'impression de travailler quand je fais du théâtre, je m'amuse comme un p'tit enfant ! Tu fais de la peinture depuis longtemps ?




©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


ONLY BLUE OR BLACK DAYS
There's an art to life's distractions, to somehow escape the burning weight, the art of scraping through. Some like to imagine, the dark caress of someone else, I guess any thrill will do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

admin désabusée et toxico


Âge : 28
Emploi/études : Professeur de maternelle
Localisation : Dans les vapes
À savoir : Je déteste les animaux
Commentaires : Laisse-moi vivre
laisse moi mourir.
Laisse moi être
et tu n'auras pas de poing sur la gueule.
Photo d'identité :
Avatar : France B. Cobain
Double(s) compte(s) : Michael, Alex...
Messages : 118


MessageSujet: Re: MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen   Dim 15 Mar - 13:29

Meat my stalker

Le prince caméléon et la peintre sans visage

Comme un petit enfant est une comparaison qui m'immobilise sur le coup. J'hausse les sourcils et le regarde, immobile, la bouche pleine. Ah bon? C'est peut-être pourquoi j'aime autant le voir aller sur scène. J'avale finalement ma bouchée d'ogre avant d'en prendre une autre. J'ai une bonne raison: j'ai pas mangé de la journée. Disons que c'est une bonne raison pour s'empiffrer comme je le fais...

Il m'explique qu'il est au Conservatoire, aussi. Il a du talent, le p'tit jeune. Et du fric aussi. Mais surtout du talent, j'imagine. Je sais pas si c'est une place de snobinards là bas comme les rumeurs aiment courir, mais en tout cas il a pas l'air très offusqué de ma venu. Peut-être qu'on s'est déjà rencontrer au beau milieu d'un rêve. L'imagine est trop féérique pour que je me retienne d'éclater de rire dans ma tête.

« Ouais, je fais de la peinture depuis que je suis un kid. Mais J'étudie pas ou travaille pas là-dedans, si c'est ça le fond de ta question. »

Je termina ma pointe et m'en prends une autre en me creusant toujours plus une place dans le canapé moelleux.

« En tout cas, t'es cool. Tu paniques pas au fait qu'une étrangère bouffe ta pizza. Qu'est-ce qui te dit que je suis pas une sainte folle qui veut t'arracher la peau et la porter le jour de mon anniversaire? »

Parce que je pourrais faire ça. Ça serait complètement grotesque, mais je pourrais le faire.

made by BoogyLou.





Celui qui se transforme en Bête


se délivre de la douleur d'être un homme


Nous étions tous en voyage quand un brouillard s'approche. C'est la forêt amère des doutes sans rémission. Cette damnée époque. Cet Âge de raisonnement. Un empire qui a engraissé, prêt pour le saignement. + JOHNSON + LELOUP + CURRY + BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com

avatar

samichou <3


Emploi/études : arts dramatiques
Avatar : jake bass.
Messages : 49


MessageSujet: Re: MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen   Lun 16 Mar - 13:34







Meat my stalker

Samuel ft. Claire




La pizza descend dans mon œsophage, non sans laisser mes papilles gustatives indifférentes. C'est presqu'aussi bon que de la drogue ou de la poutine, mais je vais m'arrêter là avant de sauter sur le téléphone pour en commander. De la drogue, pas de la poutine. Le livreur viendra me la porter et je lui sauterai dessus parce qu'il sera à craquer et que j'ai pas rien fait depuis trop longtemps.

Claire
Ouais, je fais de la peinture depuis que je suis un kid. Mais J'étudie pas ou travaille pas là-dedans, si c'est ça le fond de ta question. En tout cas, t'es cool. Tu paniques pas au fait qu'une étrangère bouffe ta pizza. Qu'est-ce qui te dit que je suis pas une sainte folle qui veut t'arracher la peau et la porter le jour de mon anniversaire?

Il est vrai que je devrais me méfier et peut être la mettre à la porte. Mais quelque chose me dit que c'est le début d'une grande amitié. Comme si mon sixième sens m'avait dit qu'elle n'était pas une source de danger. Je ris donc à ses paroles et me lève, pointe en main.

Samuel
C'est vrai que tu pourrais l'être, mais je te préviens, je manie bien le poignard ! Je vais jouer dans une petite production de Jack L'éventreur ! Hey tu veux quelque chose à boire ?

Je traine déjà mes pieds jusqu'au frigo pour me prendre une quelconque liqueur.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


ONLY BLUE OR BLACK DAYS
There's an art to life's distractions, to somehow escape the burning weight, the art of scraping through. Some like to imagine, the dark caress of someone else, I guess any thrill will do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

admin désabusée et toxico


Âge : 28
Emploi/études : Professeur de maternelle
Localisation : Dans les vapes
À savoir : Je déteste les animaux
Commentaires : Laisse-moi vivre
laisse moi mourir.
Laisse moi être
et tu n'auras pas de poing sur la gueule.
Photo d'identité :
Avatar : France B. Cobain
Double(s) compte(s) : Michael, Alex...
Messages : 118


MessageSujet: Re: MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen   Ven 3 Avr - 16:55

Meat my stalker

Le prince caméléon et la peintre sans visage

Sourire en coin. Il manie bien le poignard! C'est bon à savoir avant de me pointer à sa demeure avec la toile d'un homme à tête de caméléon égorgé comme prédilection. De toute façon, c'est pas moi, et c'est sans surprise qu'on l'apprend, que ça va tenter de jouer les Bruce Lee si ce Monsieur Prince ou n'importe qui tente de m'attaquer. Ma réaction serait plutôt de foutre le camp en vitesse et de plus jamais remettre les pieds. Ce qui n'est pas mon intention, loin de là. On fout pas le camp de la sorte sans raison quand il y a de la pizza gratuite, hein.

« Une bière. »

C'est ce que je réponds quand il m'offre quelque chose à boire. Que ça me fasse la culotte de cheval ou non. Je regarde mes toiles puis je me demande s'il les brûlera ou les affichera. Mais avant que j'arrive à une réponse, j'imagine cette grosse tête de caméléon avec une cape, un chapeau très classe et un habit de Londres dans ses temps d'horreur. Je lui crie depuis le salon:

« Jack l'Éventreur, hein! Ça devrait m'inquiéter de savoir que c'est un casting parfait pour toi? »

Blague pince sans rire qui s'en suit d'une finale bouchée de pizza. Puis j'écrase ma cigarette quelque part dans une tache de gras bien épaisse de la boîte en carton. Si épaisse qu'elle absorbe toute la braise et règle les problèmes de feu.

« Tu sais que tu devrais auditionner pour le grand écran? Ça serait chill, non? »

made by BoogyLou.





Celui qui se transforme en Bête


se délivre de la douleur d'être un homme


Nous étions tous en voyage quand un brouillard s'approche. C'est la forêt amère des doutes sans rémission. Cette damnée époque. Cet Âge de raisonnement. Un empire qui a engraissé, prêt pour le saignement. + JOHNSON + LELOUP + CURRY + BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen   

Revenir en haut Aller en bas
 

MEAT MY STALKER | ft. Claire Gretchen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Soupe aux tomates claire
» une chose ne semble pas claire
» Naufrage du LERIDA le 2/03/1869 pour Marie-Claire JACQUET
» Marie Claire Idées n°68 ou Tuto de store qui s'enroule
» RAL et peau très claire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD BAD TRIP :: Montréal :: Bobo à Gogo!-