AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dr Jekyll & Mr Hyde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Mike l'Intrépide


Âge : 45
Emploi/études : Garagiste à temps plein
Localisation : Au Garage de l'Intrépide
À savoir : Ses rumeurs le précèdent de loin...
Commentaires : " Quiet minds cannot be perplexed or frightened but go on in fortune or misfortune at their own private pace, like a clock during a thunderstorm. " from The Strange Case of Dr. Jekyll and Mr. Hyde
Photo d'identité :
Avatar : Kurt Russell
Double(s) compte(s) : Nous sommes les joueuses de Bo et Claire/Alex <3
Messages : 3


MessageSujet: Dr Jekyll & Mr Hyde   Dim 15 Fév - 13:19

Michael Bie

"The woods are lovely, dark, and deep. And I have promises to keep. Miles to go before I sleep. Did you hear me, Butterfly? Miles to go, before you sleep."

+ Nom complet : Michael Joseph Bie+ Âge et date de naissance : 48 ans, Novembre 1967 + Lieu de naissance : Texas + État civil : Veuf + Métier : Garagiste + Addiction à : AKPG-49 (drogue artisanale très peu connue) + Groupe : Absent et plus là + Personnalité sur l'avatar : Kurt Russell + Crédits : BOOGYLOU et la misérable + Les remerciemments : non #bada$$ + La dédicace à ton pote Jojo : je sais que je te dois de l'argent Jojo mais... écoute je suis à sec pour le moment...


Le caractère du personnage J'ai déjà foutu en l'air une Jaguar 1970 dans mon adolescence... Sinon, j'ai jamais fait de mal à une mouche. Vous savez, on a parfois envie de faire bien des conneries. C'est pas l'envie qui manque, héhé... Mais faut toujours penser à ce que va rapporter tes conneries. Et à qui. J'ai choisit de faire ma vie honnêtement.

Michael est avant tout un homme au cœur d'or. Il a une réputation qui le précède qui vaut mille et un contes pour garagistes. Autant il est une légende du Texas pour les trois prochaines générations à venir, autant le mystère l'emporte toujours sur ses histoires. Son apparence est trompeuse; pour un homme de bonté et de générosité, jamais il n'a voulut divulguer l'origine du strie de son visage. Des gens disent qu'il aurait aider des policiers, au cours d'une poursuite, en attrapant les voleurs avec sa Harley, et que l'un deux lui aurait asséné un coup de canif pour se venger de les avoir foutu en taule. D'autre raconte qu'il a tiré deux enfants d'une station service bouffée par les flammes et qu'il aurait bloquée une poutre qui se serait abattu sur son visage. Le reste pense, entre autre, qu'il s'est fait cette blessure en sautant par dessus quatre autobus avec sa motocyclette. Souvent, sa cicatrice à des provenances différentes selon l'endroit du Texas où on entend son histoire.

Mis à part ces bravoures sans preuve, on peut dire que Michael a le courage au ventre. On l'eut appelé Lionheart, un moment. Puis ce fut Stuntman Mike qui devint son surnom, à cause du nom de son garage bien connu. Apprécié de tous, des enfants comme des vieux, il est un homme qui apporte la joie et le sourire sur son passage. Toujours poli, cordiale, assez rustre à cause de sa culture, il est impossible de se sentir inconfortable en sa présence. Il est droit, simple et apparemment que sa femme pourrait en dire tout autant... Si elle était toujours vivante.

Michael se passionne pour les voitures, la mécaniques et tout ce qui peut s'en rapprocher. Il a un berger allemand du nom de Scooby Doo qui adore les enfants, dont il prend soin comme de la prunelle de ses yeux. Très humble, il n'a pas honte de se dire peu éduqué, quoi qu'il reste ouvert sur les autres en tout temps. On peu l'associer facilement à cet oncle dévoué à la famille dont chacun des membres raffolent, de visites surprises comme de temps des fêtes. Celui qui n'aime pas Mike l'Intrépide ne le connait tout simplement pas assez.


Description brève des hallucinations Tout le monde a un monstre en soi. Pour certain, jamais il se réveillera. Pour d'autres,  il est juste tué de puis un long, long moment. Et bien pour moi, darling, c'est pas du tout le cas.

Michael consomme une drogue qui porte le nom de AK-49, Coco Drunk, Pitbull Grave ou AKPG. Si vous n'avez jamais entendu parlé de cette drogue, c'est qu'elle ne cours pas les rues; il n'y a que les plus courageux et les plus débiles qui osent l'utiliser. Et le plus horrible de cette drogue est qu'elle efface la mémoire pour un moment, donne une sensation d'invincibilité et une tolérance à la douleur quasi-inégalable. Il faut être assez fou à la base pour essayer cette drogue à forte dépendance connu dans les bars les plus miteux du Texas jusqu'à l'Ohio. Ça tombe bien; notre cher Michael a déjà quelque chose, à la base, qui cloche entre ses deux oreilles.

On dit qu'il ne faut jamais se fier à un junky. D'entre tous, ne vous fiez jamais à Michael. Il a appris à fabriquer lui-même ses substances depuis le temps (l'âge fait l'expérience) donc ce n'est pas de ses périodes de manque qu'il faut avoir peur. Plutôt de ses périodes d'utilisation. Est-ce fréquent? Non. Mais ça le transforme en monstre. Et lui-même en est d'accord, bien qu'il ne puisse jamais dire qu'est-ce qu'il avec Budd.

Budd est quelqu'un d'un peu complexe. Budd, c'est ce que Michael a refoulé toute une vie. C'est un sac de violence et de meurtre. C'est aussi un courseur automobile imbattable, qui ne crains ni la mort, ni les risques de la vie. Il est rusé, hypocrite, vile et pernicieux. Il pourrait échafauder le plan le plus tordu pour ta souffrance, ou simplement te tuer en utilisant les quatre roues de son véhicule. Certains diront que Budd est un malade mental, mais bien franchement, personne ne connait Budd ou ne pourrait mettre un visage précis sur son nom. Il est une rumeur.

Il est aussi ce que Michael devient quand il consomme le AKPG-49. Il se transforme complètement et devient un cruel sadique maître du crime. Et pourtant, il ne s'en rappelle pas, l'innocenté.





TEST RP « FERME-LA! FERME-LA FERME-LA FERME-LA! »

Le moteur de la reluisante 1970 Chevy Nova rugit comme une bête en furie sur le rang de campagne de Laplaine. Il est environ deux heures le matin; y'a que les champs et les arbres pour me voir aller. Et la route est longue, longue et infini. Je suis en manque, terriblement. Je sens que je vais éclater d'un instant à l'autre. J'ai les nerfs à vif et les veines qui saillissent dans mon cou. Mais je veux pas succomber. Je dois pas! La seule débauche que je me permets, c'est de rouler aussi vite que mon moteur me le permet, avec toute la violence du monde au volant. Dans le rétroviseur, il y a mon reflet qui me parle. Mon reflet complètement déformé par la démence. Je reconnais le visage de Budd. Un moi que je refuse de laisser aller.

« Haha! Je vais nul part, mon p'tit Mike! Et tu peux pas m'empêcher de parler, tu l'sais! »

« Non! Non! T'es juste un connard! Un monstre! »

Je tape le volant avec la rage au ventre. Les roues dérapent un moment, mais je garde contrôle. Un camion du sens inverse m'aveugle de ses lumières. D'un coup bien maîtriser, je dévie de l'asphalte et contourne l'énorme dix roues par le champ avant de revenir sur la ligne jaune.

« Oh... Arrête de chiâler. Je suis pas si pire, non? Je t'ai débarrassé de cette chienne de pétasse et- »

« Lucy n'était pas une chienne! Ta gueule! »

Je n'ai jamais hurlé aussi fort de ma sainte vie. Je gueule comme un défoncé. Faut que j'enterre mes pensées avec mes cris. Budd, dans le rétroviseur, il rit comme si de rien était.

« Oh!! Relaxe! Y'a bien quelque fois que je t'ai sauvé de la merde, hein? Tu m'dois bien ça... Tu te rappelle la fois que ton garage a brûlé? T'étais sans le sous et j'tais rapporté un joli p'tit magot en braquant le commerce du coin. »

« T'as tué une personne en faisant ça, le salaud! Et je parie que c'est toi qui a foutu le feu, enculé de merde!! »

« Haha! Je serais pas aussi dure envers moi-même si j'étais toi, mon p'tit Mike. Oh, mais attends: je suis toi! Hahaha! »

Il s'esclaffe. Je grogne, je hurle je vomit entre mes dents si serrées que mes gencives vont se déchirer, je sens. Y'a ce terre plein qui apparaît à ma gauche et qui amène à une route de terre de fermier trois mètres plus bas. Je réfléchis pas: je tourne le volant et la Chevy Nova est propulsé dans le vide. je tombe lourdement, et ma tête aurait traversé le pare-brise si j'avais pas porté mon harnais de sécurité sur tout le torse. J'en peux plus! Plus plus plus!

« Le harnais... C'est mon invention, aussi. Et c'est moi qui a retapé toute cette belle voiture! Dis-moi pas que ça te fait pleurer, ça, hein? »

J'évite un arbre de justesse. Mais je m'en fous. J'ai le contrôle sur la route. C'est sur ce satané mec dans ma tête que j'ai aucune emprise.

Pseudo + BOOGYLOU et la misérable <3 on est deux à jouer ce personnage... Âge + 20 ~ Sexe + filles mais on a toutes les deux une érection. Temps de connexion + ta yeule Comment as-tu connu le forum + bruh Que penses-tu du forum? + des fois Quel est la capitale de Honduras? + oui Scénario + ark À remplir +

Code:
<span class="point">Kurt Russell +</span> [i]michael j. bie[/i]

made by BoogyLou.



STUNTMAN MIKE DOES NOT APPROUVE. TOO BAD FOR YOU.



Dernière édition par Michael J. Bie le Lun 16 Fév - 15:32, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mike l'Intrépide


Âge : 45
Emploi/études : Garagiste à temps plein
Localisation : Au Garage de l'Intrépide
À savoir : Ses rumeurs le précèdent de loin...
Commentaires : " Quiet minds cannot be perplexed or frightened but go on in fortune or misfortune at their own private pace, like a clock during a thunderstorm. " from The Strange Case of Dr. Jekyll and Mr. Hyde
Photo d'identité :
Avatar : Kurt Russell
Double(s) compte(s) : Nous sommes les joueuses de Bo et Claire/Alex <3
Messages : 3


MessageSujet: Re: Dr Jekyll & Mr Hyde   Dim 15 Fév - 13:19

L'histoire

1971, Tenesse, Texas



Michael a quatre ans. Il tient la main de sa mère d'une incroyable force pour la première fois. Et il ne le sait toujours pas, mais il voit son père s'en aller sur la grande route brûlante pour la toute dernière fois.

« Viens, chéri. Budd est parti très, très loin. »

L'enfant ne comprend pas pourquoi sa mère dit
Budd et non ton père. Il ne sait pas non plus exactement ce que signifie très, très loin, mais il se doute que ça a une signification de temps interminable.

-

Y'a Down in Mexico des Coasters qui démarre sur le jukebox de cent ans. Moi, j'suis au bar, accroupis sur mes nachos et ma limonade. J'ai quarante-six ans et toutes mes dents. Le Grindhouse est un bar aussi vieux que le monde. Tout le monde se connait. Tout le monde boit du Wild Turkey et se libère l'esprit en bonne compagnie. Et moi, je reconnais Pete Hamm et sa femme Marilyn qui entre dans la place, comme chaque vendredi soir, juste à la simple évocation de la chanson. C'est toujours la même que Marilyn fait jouer.  Pete et Marilyn Hamm sont les piliers du village. Ils y connaissent tout et roulent la plus grosse entreprise de bétails de la côte.

« Hey! Stuntman Mike! Alors, la buisness? »

Je n'ai pas besoin de me retourner pour savoir que c'est Pete qui me claque l'épaule chaleureusement. Je me retourne et lui serre la main avec le sourire des sourires sur le visage.

« La buisness, ça roule, ça roule... »

Le barman, le plus intimement lié à tous ces cow-boys et shérifs d'occasion, se joint à la conversation, serviette à l'épaule.

« Faut bien, hein! Ça serait dommage que le meilleur garagiste qui soi n'arrive plus à faire rouler ses moteurs, hein? »

Des rires. C'est toujours la même réponse. La même chose. Et je suis toujours aussi heureux de voir tous ces mêmes visages qui sont ma vie et mon chez moi. Habituellement, je suis heureux de les voir. Maintenant, ça me fend le cœur parce que je sais que je serai jamais capable de leur dire adieu.

-

Michael a seize ans. Il a passé son enfance à ne pas trop donner d'importance aux cours, comme le veux la tradition des enfants qui savent déjà leur avenir: l'adolescent veut devenir garagiste. Comme son père l'était. Comme son oncle l'est. Comme son grand-père et son arrière-grand-père l'était. Et ce n'est sûrement pas l'institutrice qui a va empêcher cela. Tout le village est d'accord: suivre les traces de la famille, c'est réussir dans la vie.

« Salut, m'man! »

« Salut, mon chérie. »

Michael revient d'une journée passée avec son oncle au garage. C'est maintenant ses études, son métier sa passion et sa vie. L'adolescent marche jusqu'à la cuisine; sa mère est là, servant une montagne de pommes de terre pilées sur un beefsteak saignant. Ils se font la bise, comme chaque matin, chaque après-midi et chaque soir, puis prennent place à la table. 

« C'était bien au travail aujourd'hui, mon trésor? »

« Ouais! Oncle Randy m'a montré comment calibrer un moteur. »

Un sourire de sa mère qui se fiche de tout sauf du bonheur de son fils. Elle mets une bouchée sur sa langue et reste silencieuse, à mastiquer avec l'air de mère religieuse le plus sain qui soit. Michael, lui, ne mange pas. Il hésite.

« Et... Et peut-être quand je serais assez bon... Bah Randy il a dit que... Que ça serait une bonne idée que j'essaie de remonter la voiture de papa dans le garage. »

Bruit d'ustensile qui s'accote sèchement contre la vaisselle. Silence. La mère cesse de manger, essuie sa bouche et baisse le menton. Elle ne semble plus joyeuse, elle a plus l'air à se masser les temps et à pleurer. Michael se raidit. Jamais au grand jamais il ne voudrait décevoir sa mère. Mais là... Mais là il aimerait tant...

« Non. C'est non. On en a déjà parlé. Cette voiture, c'est de la ferraille et ce qui est à Budd reste à Budd. On en parle plus. »

« Mais m'man c'est un- »

« J'ai dit on en parle plus. »

Elle avait crié comme une hystérique. Et Michael se tenait devant elle, à l'autre bout de la table, avec un frisson dans la gorge. Il craignait autant de pleurer que de voir sa mère pleurer. Elle continuait, tremblante, au bord de la crise, mais toujours forte, comme une vraie mère.

« Budd était toujours... Il était méchant. Tu le sais. Il n'avait aucune valeurs. Il buvait et prenait... Je sais pas quelle drogue! »

Elle cesse. Pour se retenir de ne pas pleurer. Elle dépose sa serviette de table et se lève de ses talon-hauts sur sa taille svelte pour aller derrière son fils, poser ses mains sur ses épaules.

« Il était un monstre, Michael. Un vrai monstre. Tu ne veux pas traîner dans sa bagnole et lui ressembler, hein? »

Michael fait vœux de silence. Ça serait inutile de répondre, de toute façon. La mère caresse ses cheveux, et ses joues. Elle penche sa voix à son oreille et murmure d'un air tremblant:

« Tu es mon petit trésor chéri. Je veux que tu restes mon chéri pour toujours. »

Embrassade sur la joue.


-

« Mike!! »

C'est Ashley, la fille du shérif, et ses amies qui entrent tout juste dans le Grindhouse. Elle sautille et égorge un sourire immense à me voir. Je l'ai gardé, quand elle était plus jeune. C'est une brave petite.

« Salut, puce. »

« Encore sur la limonade, papi Mike? »

Un commentaire de une de ses amies. Jenny. Je souris et fait un signe de la main qui dit «hé-oui». Retour de parole à Ashley.

« Mon père fait dire que sa voiture marche du tonnerre depuis qu'elle est passé à ton garage. »

J'hausse un sourcil en sa direction en prenant une gorgée de mon breuvage.

« Ça vous surprend? »

Des rires. Encore.

« Écoute, Mike! On doit te laisser! C'est l'anniversaire à Cassy ce soir, on était juste venu chercher les clef de la Cadillac de Bobby. »

C'était une blague. Bobby c'est le barman. Il rigole avec eux.

Ça m'a fait plaisir de vous revoir une dernière fois, les jeunes. Faites attention à vous, surtout...



-

Michael a dix-sept ans. Il est dans cette même cuisine qui n'a pas changé, sinon de repas du soir. Mais personne ne mange. C'est leur dernier repas puisque celui qui deviendra bientôt un homme a décidé d'emménager avec Randy pour s'occuper de l'entreprise. La mère est devant lui, partagée entre les larmes et la furie.

« Écoute, maman... Il est temps pour moi de voler de mes propres ailes. Y'a Kyle et Forrest qui ont déjà leur travail... Et Randy m'offre une chambre, juste à côté du garage. C'est une opportunité de rêve! Je passerai, c'est sûre, t'inquiète... Et tu pourras venir! Randy a dit que tu pourras passer quand tu voudras! »

« Je m'en fous, de Randy! Et de Forrest et de Kyle! Tu es mon chérie! Mon tout petit chérie! »

Elle avait crié. Plutôt hurlé. Michael est au bord des larmes, mais s'est promis de ne pas pleurer devant sa mère qui, elle, éclate en sanglots. Il s'approche d'elle, la prend doucement dans ses bras.

« Ça va bien aller... T'inquiète pas, m'man. »

« Mon chéri... »

C'était un murmure. Elle releva sa tête du creux de son épaule. L'épaule de son fils qui avait tellement grandit..! Elle prit délicatement son visage dans ses mains, sans penser à essuyer les larmes de ses joues.

« Je t'aime tellement mon chéri... »

Michael se raidit. Il avale difficilement. Il tremble. Il la sent trembler aussi. Elle l'embrasse sur la joue.

« Ne t'en vas pas. Reste. Reste je t'en prie... »

Elle approche ses lèvres à quelques cheveux des siennes. Juste assez d'espace pour susurrer encore, comme supplication:

« Reste... »

Puis, elle noue leur bouche. Michael reste pétrifié. Comme il aime sa mère, bien trop pour bouger. Et sa mère donne l'intensité de la passion à son baiser. Lui... Lui, il la pousse. D'un coup sec.

Et alors elle tombe la tête première sur la table, ensuite sur le sol, dans une flaque de sang grandissante.

« Non! Non, arrête! Je peux faire qu'est-ce que je veux, maintenant! Tu vas arrêter de décider pour moi! Et de m'aimer comme ça! Plus jamais! »

Mais la mère ne bouge pas.

« Maman? »


-

« Hey! Si c'est pas Mike! »

« Salut Tony! »

« Alors, les affaires? »

« Ça roule, ça roule... »

Poignée de mains. Rires. Nostalgie. C'est maintenant Baby It's You de Smith dans le jukebox. Tony prend place à côté de moi en déposant son chapeau de cow-boy sur la table. Il commande un whiskey d'un simple coup d'œil et on lui serre en quatre secondes.

« On dit que... la femme à Benny est morte. »

Tony c'est le frère de celui qui tient le magasin général. Alors, bien sûre qu'il connait tout le monde, lui aussi.

« Ouais. Cancer des poumons. Ça tue, ces cochonneries de cigarettes. »

C'est le Bobby qui a répondu. C'est pourquoi je fume jamais. Presque jamais. Tony continue:

« Mon frère a dit... Bah, il a dit à Benny que tu serais là pour lui... T'as vécu ça et... t'es proche de lui... »

J'aurais été proche de lui, oui. Je réponds:

« Ouais, c'est clair. »

Tony a la puce à l'oreille. Il est bon pour déchiffrer les gens.

« Ça va pas, ce soir, Mike? »

Je baisse la tête et mens, plus ou moins:

« C'est... cette histoire. Je pense à Lucy et- »

Tape sur l'épaule.

« Ah... Je suis désolé, mon vieux. Vraiment. Je suis sûre qu'elle est au paradis à l'heure qu'on se parle. Je te paie un verre? »

« Non merci. »

« Comme tu veux. »

Lucy, c'était ma femme.

-

Michael a toujours dix-sept ans. C'est l'exact même soirée, sauf quatre heures plus tard.

L'adolescent à les yeux bouffis pour prouver qu'il a pleuré pendant de longues heures en tenant le cadavre de sa mère. Les excuses sont tatouées sur ses lèvres. Il est assis sur le banc arrière de la voiture du shérif de l'époque, mais il n'y est pas enfermé. Ce n'est qu'une place, portière ouverte, pour faire le zombie avec une couverture de laine sur les épaules. Il y a Randy et le shérif Kenny qui parlent un peu plus loin, mais Michael les entend parfaitement.

« Écoute, Ken... Tu sais, je suis de confiance. Et on sait très bien toi et moi que c'était un accident. Ce petit adorait sa mère comme ça se peut pas... »

Shérif Kenny passe une main sur sa moustache, la réflexion la plus intense qui soit sur le visage.

« Je sais pas Rnady... Il est encore jeune... On sait pas qu'est-ce que l'avenir lui réserve, à ce pauvre. »

« Justement, à ce pauvre. Tu l'dis toi-même. Laisse-moi le prendre en charge, il sera heureux. Il a pas d'famille, le gamin... À part moi. Et je suis même pas son vrai oncle. Je suis juste un bon ami de sa mère... »

Le shérif Kenny jauge l'adolescent, Randy, crache sur le sol et continue à chiquer son tabac.

« D'accord. Si y'a quoi que ce soit, tu m'le dis. »

« Tu peux compter sur moi. »

Ils sont là, sur le porche. Mais Michael sait qu'à l'intérieur, il y a le cadavre de sa mère. Shérif Kenny s'approche de l'orphelin, s'accroupie en petit bonhomme pour le regarder de bas.

« T'inquiète, mon vieux. Randy va s'occuper de toi. C'était un accident, de toute façon. T'as pas à t'en faire. »

Il vient de perdre sa mère. Bien sûre qu'il n'a pas à s'en faire, voyons.


-

« Tu crois que Benny va s'en sortir? »

Je rassure Tony d'une voix fraternelle.

« On réussit toujours à s'en sortir, crois-moi. »

Et je prends une gorgée de la limonade. Elle goûte amer.

-

Michael a vingt-six ans. Il a une vie prospère et dirige le garage de Randy de son propre chef depuis qu'il est retraité et bien heureux. Il ne faut pas oublier de mentionner qu'il est marié à la plus dévouée, charmante et attentionnée des femmes. Cette séquence se passe avec Bobby, et Tony, et Kenny dans ce même bon vieux Grindhouse.

« Et alors, les affaires? Et l'épouse? »

« Ça roule, ça roule! »

« Ça roule et ça baise, ouais! »

Rires des mecs de la table du fond qui ont commencé à boire et qui connaissent tout le monde, évidemment. Rires de tout le monde. Tony passa un bras sur les épaules à Michael. Puis il appela Bobby:

« Tournée de whisky, c'est sur mon bras! »

Acclamation du Grindhouse en entier. Un homme sans nom lance alors:

« Et bah... Randy il est pas avec toi c'soir? »

Michael répond:

« Et non. Il a décidé de rester chez lui pour regarder le match. »

C'est sur cette conversation précise que la soirée a débutée. Et tout le monde a but. Mike y comprit. Il ne conduit  pas cette soirée, et de toute façon, le shérif est là pour épater la galerie de sa générosité de toujours. Quelques heures plus tard, Michael prend la porte arrière pour prendre l'air et le silence. Sa tête commençait à lui tourner.  

« Hey... C'est Mike, c'est bien ça? »

C'est un homme qui s'approchait vers lui. Quelqu'un qui connait son nom, ou à peu près, donc quelqu'un de forcément louche aux yeux du village. L'inconnu continue:

« T'as quel âge? »

« Pas loin de trente. »

« Tu sais qu'on en dit des trucs sur toi au village... »

L'étranger crache au sol, puis tend sa main.

« Vince. »

Poignée de main échangée.

« T'as pas l'air de ce mec dont tout le monde parle. T'as l'air plus grand. »

Il plaisante. Mike sourit, pour être poli et humble.

« Hey. Ça te dit d'essayer un truc? »

Il lui tend une bouteille de bière déjà ouverte. Mike est saoul, la regarde bien intensément avant de comprendre qu'elle contient peut-être quelque chose d'anormal à l'intérieur. Mais il ne connait rien aux drogues.

« C'est démon. Tu devrais goûter. »

« C'est quoi? »

« On appelle ça du Pitbull Grave par chez nous. C'est super fastoche à faire, je vais te montrer si tu veux. »

C'est presque de force qu'il lui fout le goulot à la bouche.

Le lendemain, Michael se retrouve à l'arrière de sa voiture. Il est dans le stationnement du Grindhouse, encore, et le soleil l'aveugle. Il se redresse et regarde l'heure sur sa montre. Pas loin de deux heures.

« Merde... »

Il met les mains sur le volant et file à sa maison où sa Lucy est probablement morte d'inquiétude au bas de la porte d'entrée. Mais arrivé là, c'est plutôt Kenny qui l'attend. Avec une série de voitures policières et beaucoup de flics.

L'inquiétude au cœur, il saute de sa bagnole et cours vers sa maison. Shérif Kenny l'arrête; il a le désespoir au visage, ce qui fait encore plus paniquer Michael.

« Rentre pas, Mike... C'est mieux comme ça... »

« Qu'est-ce qui s'est passé? »

« Y'a eut un truc vraiment moche et- »

« Qu'est-ce qui s'est passé?! »

C'est la première fois qu'on peut voir Michael dans cet état, et peu de gens ont osé répéter cette détresse d'homme qui a toujours gardé sourire.

« Y'a un fou qui est entré dans votre maison hier... Et... Il s'en est prit à Lucy... Elle... Elle a pas survécu la nuit... »

Michael prend le pas de rage et de folie vers la maison, mais trois policiers l'arrêtent et le maintiennent. Kenny s'approche, trop, trop, trop désolé.

« Ça serait mieux que tu vois pas ça, on avait pensé... »

« Qu'est-ce qu'il y a? »

« C'est pas beau à voir, Mike... Fais-toi pas ça... »

Il réussit à se défaire des policiers et court jusqu'à la maison. On ferme la porte et la lui bloque de corps avant qu'il ne puisse pénétré. Mais, dans l'ouverture de la porte, une fraction de seconde, il a crut voir beaucoup de sang. Et la tête qui n'était plus à la bonne place...

« Non... »


-



« Hey, Bradley! Mets la chanson que tu chantais aux noces de la p'tite Judy! »

Jeepster de T-Rex sur la jukebox à la demande de Tony qui reprend attention à son whisky. J'ai terminé mes nachos, quant à moi. Y'en a pas de meilleur au monde. Il continue:

« T'sais, il s'en passe des trucs dans ce p'tit village. On aura beau parler, y'aura toujours quelque chose pour nous surprendre. »

Bobby ajouta:

« Et Mike fait parti de ces choses là! »

Rires.

Je te le fais pas dire, mon Bobby.

-

Michael passe la nuit dans son garage à bricoler, comme toujours. Il ne veut pas être dans sa maison; elle est trop vide depuis le temps. Et il s'admet de jour en jour qu'il est bien trop dépendant à ce Pitbull Grave. Vingt ans on passés.

Ce n'est rien de sorcier à préparer. Il s'agit d'une série de produits chimiques qu'on peut retrouver dans les commerces en vente libre. Ou pratiquement tous. Suffit de savoir la recette. Depuis le temps, Michael la connait par cœur. Bien sûre qu'il se déteste de prendre cette horreur. Mais ce liquide verdâtre est plus dort que lui. S'il n'en avait pas consommé la première fois, Lucy serait-elle morte? Il aurait put être là pour la protéger... Ça le tue de l'intérieur. Mais depuis qu'il est veuf, la tentation est plus facile au vice, bien certainement.

Ses mains en manque tremblent tant qu'il a de la difficulté à préparer sa dose. Il hurle de rage et donne un coup de poing dans ses produits et bacs à recettes. Il est à l'arrière de son garage, le tout est recouvert d'un drap poussiéreux habituellement. Il grogne. Il crie. Il donne des coups. Il déborde de furie. Sa vie est un enfer. Il déteste sa mère. Il déteste la violence. Il déteste son père. Son père... S'il n'avait pas quitté si tôt, tout de cela ne se serait peut-être pas passé. Lucy serait peut-être toujours vivante.

Puis, lui vient cette idée débordante de colère que d'aller dans l'entrepôt qu'il n'a jamais ouvert de sa vie, où la voiture de son père Budd croule depuis des siècles, et il décide d'aller la tabasser. La mettre en mille miettes. Une fois à l'intérieur, il retire l'immense drap qui la recouvre depuis toujours et reste pétrifié. Ébahit.

La voiture semble flambante et neuve. La peinture est lustré et parfaite, les roue sont à peine abimées. Sur le capot, une magnifique peinture intacte et à l'intérieur, des sièges qui se font prier. Michael a le réflexe stupide de regarder par dessus son épaule, mais il n'y a qu'un rang au beau milieu de la nuit. Il prend timidement place au volant de la magnifique 1960 Chevy Nova. Les clefs sont cachées dans le coffre à gants. Il ne sait pas comment le réflexe d'y regarder est venu, mais il n'y pense pas. Il fait vrombir le moteur. Et c'est le son le plus magnifique qu'il n'a jamais entendu de sa sainte vie.

L'envie de faire rouler l'engin à vive allure toute la nuit lui prend au cœur. Mais à dire vrai, quelque chose de bien grave l'arrête. Qui a rafistoler cette magnifique voiture oublié par son père il y a au moins cinquante ans? Randy? Non. Impossible. Un inconnu? Personne n'aurait pu venir en douce, autant de jour comme de nuit. Pas avec son chien de garde. Alors... Qui?

Michael sait que la drogue qu'il consomme régulièrement lui retire toute mémoire. Il ne sait pas, par exemple, comment il s'est fait cette cicatrice horrible au visage. Il a oublié. S'est réveillé avec un beau matin. Pourrait-il avoir réparer la voiture en étant sous l'effet de la drogue? Si oui, il devient un pure génie en consommant.

Le coffre à gants toujours ouvert, quelque chose attire son attention. Il le saisit; il s'agit d'une photo de Lucy, ou plutôt la moitié. Elle a été déchirée, apparemment. Son cœur se tort. Pourquoi aurait-il fait ça? Pourquoi aurait-il pensé deux secondes qu'il n'aimait pas Lucy, qu'il voudrait lui faire du tort...

Un mal de tête atroce lui cisaille le crâne. Il gémit et porte une main à son front. Se tort de douleur. C'est insupportable, la pire migraine qu'un dure à cuire pourrait endurer. Après une minute maximum, la souffrance s'affaiblie et il redresse son visage crispé. Le rétroviseur lui renvoie son visage. Mais il est différent. Très différent. Il est dure. Crispé. Tordu par la violence. Et ses yeux sont d'un bleu éclatant, ils ont délaissé le vert forêt.

Autre douleur qui le paralyse. C'est là qu'il comprend. Qu'il comprend qu'il a fait des choses quand il était sous l'effet de la drogue. Des choses horribles. Des flash lui reviennent. Des haut-le-cœurs horribles. Le corps de Lucy sous le sien, recevant des coups de poignard... Non. Non, c'est impossible. À cet instant, il veut mourir. Vraiment, très fortement. Et une voix qui semble venir du siège arrière lui résonne dans l'ouïe.

« Oh! Non, non, mon petit! Budd serait bien trop déçu que tu t'en ailles... »

C'est une voix qui se veut enfantine. C'est la sienne. Il sait qu'elle vient de sa tête.


-

« Merci, Bobby. C'était délicieux, comme toujours. »

« Y'a pas de quoi, Mike. C'est ta fête demain, non? Allez, je te l'offre! »

« Non... Non, Bobby... Laisse-m- »

« Faut jamais contredire Bobby, Mike, tu l'sais! »

Tony ajoute. Je fais un sourire de résignation et accepte sans plus d'arguments. J'ajoute simplement:

« Bon. J'ai un bout de route à faire, puis j'ai promis à Randy de voir la fin du match avec lui. »

« Déjà, Mike? T'es sûre tu veux pas une autre limonade? »

C'est un mec à une table du fond qui est visiblement déçu de ne pas avoir eut le temps de discuter avec moi ce soir.

« Non, désolé, je peux pas. Les promesses sont les promesses, hein? »

Je souris et me lève du tabouret. Les gens me saluent. Et comme à chaque fois que je quitte le Grindhouse, je vais vers le jukebox et choisis Good Love Bad Love de Eddie Floyd pour ma sortie.

C'est ainsi que je leur ai toujours dit au-revoir. Et pour mon adieu, c'est pas différent. Je sors dehors, la peine au ventre. Je vais devoir dire adieu à tout ces gens. À tout ça. Le Grindhouse. le paysage désertique du Tenesse. Les routes infinies et la chaleurs à étouffer les iguanes. J'embarque dans ma voiture. Mais cette fois, je prends pas la direction de mon chez moi. Plutôt celle du Canada. Je dois disparaître. Le seul être qui peut toujours compter sur moi dort déjà sur le siège passager; c'est ma chienne. Je la caresse. On dirait que le moteur de ma Chevy Nova hurle de tristesse.

Et moi je pleure, je dois l'admettre. À chaudes larmes.

-

Michael passera quelques longues années dans un village creux du Québec. Un coin campagnard, non loin de St-Jacques, où il ouvrira son garage et apprendra du mieux qu'il le peut le français. Il se fera de nombreux amis, n'étant pas dans une différence culturelle très intense, puis déménagera sa réputation dans le coin. Son garage sera ravagé par les flammes. Il trouvera autre établissement très proche de Montréal, à Laplaine, toujours en campagne, où il accueillera encore plus de clients.

made by BoogyLou.



STUNTMAN MIKE DOES NOT APPROUVE. TOO BAD FOR YOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Âge : 21
Emploi/études : Heu...Etre sexy à plein temps ?
Localisation : Dans mon squat
À savoir : Il y a beaucoup de chose que tu dois savoir sur moi, mais je te préviens, si tu penses que toute ma vie pourrait tenir dans ce rectangle débile c'est que tu vaux pas la peine que je te la raconte. ;)
Commentaires :

Bonjour, je me présente je m'appelle Absynthe mais tout le monde peut m'appeller Aby. Je vais la faire courte, mes parents sont gagas de l'environnement, la planète, les ours polaires toussa toussa. Je suppose que vous devez les connaitre, James et Karma March. Oui oui, ce sont eux....

Pour ceux qui ne le savent pas, ma mère vient d'une longue lignée de hippie complètement fêlés qui se tuent au crack et à tout ce qui leur passe par la main. Ils construisaient leur maison eux même et consommaient que des produits de leur jardin. Ils étaient français, je ne sais pas si ceci explique cela... enfin bref, mes grand parents ont appelés ma mère Karma, je suppose que vous savez pourquoi. Ils lui ont inculqué toutes les valeurs de bien et du mal, la nature ? Bien ! La pollution ? Mal ! Ce genre de chose quoi. Ma mère a toujours fait l'école à la maison puis quand elle été suffisamment grande pour aller au lycée, devinez ce qui est arrivé en France pour les hippies ? Mai 68 ! Ma mère avait 16 ans et bien qu'elle ne soit pas concernée, elle s'est déchaînée. Je pense que c'est pendant cette période qu'elle a goûté pour la première fois au plaisir de la chaire et devinez avec qui c'était ? Bingo ! Mon père, mon père qui était seulement venu en Europe pour faire un voyage qui lui permettrait de se mettre en totale harmonie avec lui même... Donc ouais, il était fêlé aussi.

Mon père est un pacifique qui ne ferait jamais de mal à une mouche. Il se tue à l'absinthe, d'où mon prénom, et adore flirter avec la mort. Il a déjà fait plusieurs overdoses dans sa vie mais à chaque fois il s'en tire sans une égratinure. Miraculé. Bref, mon père hippie gaga des animaux. Ma mère hippie gaga de la nature.... Deux gagas ensembles et vous avez une fille qui s'appelle Absynthe Kennedy Terra March.



Pour en revenir à moi, car après tout je suis le principal centre d'attention, qu'est ce que je pourrais vous raconter d'autre ? Ah mais suis je bête, je ne vous ai pas dit pourquoi mes parents sont si connu ! Tout simplement parce qu'il ont ouvert le plus grand camp de hippie de tout l'état de Californie, une vraie communauté et c'est là bas que j'ai grandit. Youhou. Bref. Mais ils sont également connu pour être responsable dans le sabotage d'un bateau pétrolier qui devait faire voile vers l'Europe mais craignant un nouveau naufrage et une nouvelle mer noire, tout les hippies se sont mobilisés pour pas que le bateau prenne le large alors que la météo prédisait un violent orage. Et oui, ils ont fait ca pour sauver la plage et les poissons, pas pour les vie humaines qu'il y avait à l'intérieur, attendez, Nemo est plus important à leur yeux. Je suis même sûre que mes parents auraient préféré un panda plutôt que moi !

Enfin bon, j'ai deux grand frère, je suis la seule fille de la famille. Mon grand, grand frère Lucas est le résultat d'une capote défaillante. Vous vous souvenez de la première fois de ma mère à 16 ans ? Bhein neuf mois plus tard elle avait Lucas. D'où l’immigration en Californie avec mon père et le camp de hippie par la suite, je vois que vous suivez c'est bien ! Bref, Lucas est malheureusement malade et se trouve dans un hôpital spécialisé. Il est... Je ne saurais pas le décrire.... Autiste ? Je ne sais pas, en tout cas je sais qu'il ne peut se déplacer qu'en fauteuil roulant, qu'il bave partout et qu'il ne parle pratiquement jamais. Alors peut importe comment vous appelez ca, c'est dégoûtant mais.... Je l'aime quand même. J'aime Lucas plus que n'importe qui sur terre, j'évite juste de le montrer ou de penser à lui trop souvent sinon je fini en larme, à plus de quarante ans, il se comporte toujours comme un enfant et c'est à la fois attendrissant et franchement gênant par moment.

Quatre ans après Lucas, mes parents eurent une fille mais elle mourru d'une maladie infantine rare à ses quatres ans... Je sais que vous devez vous dire que mes parents n'ont pas eu de chance avec les enfants. Et bien sachez que ma mère s'est dit exactement la même chose, donc après le deuil de sa fille Fleur, elle décida de faire un pélerinage de stérilité afin que son prochain enfant soit saint de corps et d'esprit. Ce pelrinage dura cinq ans. Oui apparemment ma mère se fiche bien de perdre son temps à faire des trucs comme ca car comme elle le dit si bien "Même si mon corps mourra un jour, mon esprit lui sera éternel." ouais bhein je préfère que les deux restes ensemble que ca soit dans la vie ou la mort. Bref, je m'égarde. Donc cinq ans plus tard ma mère revient et retrouve mon père. Un mois après elle apprend qu'elle est enceinte et là c'est le drame car elle fait une fausse couche. Mes parents décide que les enfants ca ne sera pas pour tout de suite. Elle se décide à aller consulter un médecin qui lui dit que du fait que son premier enfant soit né alors qu'elle était encore jeune, il y a des chances qu'elle ait beaucoup de mal à enfanter de nouveau.
Mes parents ont donc décidé de passer toutes leur vie pour la lutte pour la planète et les animaux bla bla bla.



Quand mes parents frolèrent la quarantaine d'année, mon père eu le désir d'avoir un autre enfant, de se stabiliser vraiment et de fonder une famille. Tadam, Shine qui né. C'est très laid comme prénom, je sais, mais vous vous attendiez à quoi ? Bienvenue Shine James Cloud March. Mon frère se fait appeller Cloud, dire en publique qu'il s'appelle Shine c'est la honte, dire qu'il s'appelle James Marche ca peut être la prison alors bon, Cloud March, ca passe. Mon frère est un raté tout comme moi. Nous sommes deux ratés qui vivons ensembles et qui s'entendent comme s'il était l'autre face d'une même pièce, c'est fou !

Bon et bien voilà, je t'ai fais le tour de ma petite vie. Enfin, de ma vie de famille. Pour ce qui est de ma vie personnelle, je t'invite cordialement à me filer ton numéro pour qu'on en discute autour d'un verre ;)


Photo d'identité :
Avatar : Sarah Hyland
Messages : 59


MessageSujet: Re: Dr Jekyll & Mr Hyde   Lun 23 Fév - 15:03

Bienvenue !!!!!!! Ta fiche est..... Longue ! Mais genre, longue, longue, LONGUE !! X)
J'espère avoir un lien *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mike l'Intrépide


Âge : 45
Emploi/études : Garagiste à temps plein
Localisation : Au Garage de l'Intrépide
À savoir : Ses rumeurs le précèdent de loin...
Commentaires : " Quiet minds cannot be perplexed or frightened but go on in fortune or misfortune at their own private pace, like a clock during a thunderstorm. " from The Strange Case of Dr. Jekyll and Mr. Hyde
Photo d'identité :
Avatar : Kurt Russell
Double(s) compte(s) : Nous sommes les joueuses de Bo et Claire/Alex <3
Messages : 3


MessageSujet: Re: Dr Jekyll & Mr Hyde   Lun 23 Fév - 15:28

hahaha ouaipe !

et avec plaisir pour le lien


STUNTMAN MIKE DOES NOT APPROUVE. TOO BAD FOR YOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Dr Jekyll & Mr Hyde   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dr Jekyll & Mr Hyde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Bébé Jeckyll ...et bébé Hyde !!!
» Hyde Park de Peterson
» Tabac Hyde Park de Peterson
» Eder Nicoletti Mathias,alias Mr Hyde Pipes.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD BAD TRIP :: "Say no to drug" :: Vos Sims-